Tout le monde pense que cette langue est difficile, en fait c’est qu’elle est très différente du français. En connaissant les principales différences du japonais, je pense que ce sera plus facile pour vous. J’espère que cet article ne va pas vous faire peur. C’est peut être pas bien de dire ça au début mais voilà on va parler des différences donc des sujets qui fâchent.

Essayez de garder l’esprit ouvert et rappelez-vous que vous avez réussi à apprendre le français qui est une langue très difficile. Vous avez survécu a l’accord des adjectifs en genre et en nombre, vous appris les genres de pleins de noms et surtout vous connaissez environ 9 temps de conjugaison courante et une forme différente pour chaque pronom personnel donc environ 54 formes pour chaque verbe et ça c’est sans compter le passif.

Déjà qu’on se rassure il n’y a rien de tout ça en japonais. C’est pour ça que moi je trouve que le japonais est une langue bien plus facile!

Les caractères japonais

Avant d’entrer dans les détails de la langue japonaise. Je suis obligée de mentionner le système d’écriture. Il y a trois sortes d’écritures, les hiragana, les katakana et les kanjis. Les hiragana et les katakana sont des caractères qui ont une prononciation par caractère et ils correspondent à une syllabe. Les katakana sont principalement utilisés pour les mots d’origines étrangères. Les kanjis sont des caractères qui viennent du chinois, on peut les reconnaître parce qu’ils ont généralement plusieurs traits. Ils ont souvent plusieurs prononciations qui peuvent être de plusieurs syllabes et une ou plusieurs signification.

Je ne vais pas parler en détails ici des caractères. Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez télécharger mon guide pour apprendre les caractères japonais où j’explique la différence entre les systèmes d’écritures.

Les différences dans la façon de faire des phrase en japonais

Déjà le sens de la phrase est assez différent par rapport au français, c’est presque à l’envers. Quand on parle en japonais c’est un peu comme si on parlait comme Yoda. La construction des phrases se fait comme ça: sujet, complément, verbe. On met le sujet d’abord mais pour le reste si vous pensez à l’envers normalement ça marche.

Après si on prend des phrases et on les traduit mot à mot, les phrases sont plus simples. Donc si on n’arrive pas à dire une phrase il faut la simplifier d’abord en français. En plus ça vous aidera parce qu’au début on connaît pas de mots compliqués.

Ensuite il n’y a pas d’espace dans les phrases. C’est une grande différence et c’est assez difficile pour les débutants de lire des phrases sans espace. Mais vous inquiétez pas quand on connaît les mots c’est facile de voir le début et la fin des mots. Ça vient aussi avec l’habitude quand on arrive à reconnaître les catégories de mots. Les particules peuvent aussi aider à séparer les mots. Je vais vous expliquer tout de suite après ce que c’est.

Une autre différence c’est qu’il y a beaucoup de choses qu’on ne dit pas en japonais quand c’est déjà clair, par exemple, le sujet de la phrase, l’objet, le complément… Il y a même souvent des phrases où il n’y a qu’un verbe. En fait on comprend le sens de la phrase d’après le contexte, si le contexte change le sens de la phrase peut changer aussi. Il faut comprendre ce qui n’est pas dit par rapport au contexte, aux circonstances ou par rapport à la phrase d’avant.

Bon une bonne nouvelle, comme je disais tout à l’heure il n’y a pas de genre, de singulier ou du pluriel donc pas d’accord pour les adjectifs ou les verbes.

Les particules indiquent la fonction des mots

Les particules, ça a peut-être l’air d’être un nom bizarre pour vous et c’est normal puisqu’on en a pas en français. Alors qu’est-ce que c’est?

Une particule, c’est un mot qui indique la fonction du mot qui est avant ce mot. La plupart du temps, il y a des particules entre chaque mot pour indiquer leur fonction. Donc il y en a pas mal en japonais, il y a par exemple une particule qui indique le lieu d’une action, une particule qui indique le sujet de la phrase, une qui indique un point de départ, … il y en a toutes sortes. Vous pourrez comprendre un peu mieux comment ça marche dans les exemples de phrase que j’ai mis plus bas.

Les verbes

La plus grande différence dans les verbes est que le verbe conjugué en japonais se placent toujours à la fin de la phrase. C’est un peu bizarre au début parce que nous, on a l’habitude de le mettre tout de suite après le sujet. Comme je disais, on parle en Yoda. C’est un point important à retenir.

Il n’y a que deux temps pour les verbes, c’est le présent/future et le passé. Oui le présent et le future ont la même forme. Mais attention c’est que pour le présent habituel ou pour les choses qui sont toujours vraies. Par contre le verbe peut changer de forme suivant son utilisation, on peut appeler ça des conjugaisons. Par exemple, pour faire un phrase du type « le soir je lis et je vais me coucher » il faudra conjuguer le verbe pour pouvoir lier les deux phrases. Il y a donc pas mal de formes. Mais il y en a quand même moins que de conjugaisons en français. Surtout que les verbes ne changent pas par rapport au sujet.

En japonais, il y a aussi trois groupes de verbes qui changent différemment. Le troisième est comme en français le groupe des verbes irréguliers. Là vous avez peur et vous vous rappelez la liste des verbes irréguliers en anglais! Mais ne vous inquiétez pas, il n’y a que deux verbes irréguliers!

Aller voir mon article sur la forme polie pour apprendre à conjuguer les verbes.

Exemple 1

images d'illustrations de la différence d'utilisation de particules et de verbes dans une phrase en japonais

Sur cette image, on voit bien qu’il y a des particules régulièrement. は indique le thème de la phrase, へ indique la direction, と veut dire avec et よ est une particule de fin de phrase assez courante qui indique une nouvelle information.

On a mis le premier verbe à la forme en te pour le relier à la deuxième phrase et le deuxième verbe est à la forme poli au future. Là il y a deux phrases et on voit bien que le verbe est à la fin dans chaque phrase.

Vous remarquerez qu’il y a pas de sujet dans cette phrase. Il faudrait savoir le contexte pour savoir de qui on parle. Mais là on a rien avec donc on va dire que le sujet est « je ».

Comme il n’y a pas de singulier, ni de pluriel, on ne sait pas non plus si c’est un seul ami ou plusieurs. Mais il y a des moyens de le préciser si c’est vraiment nécessaire.

Traduction de la phrase: Vendredi je vais à la bibliothèque et je fais du shopping avec un ami

3 niveaux de politesses

des japonais faisant la révérence

Il y a trois grands niveaux de politesses. Ensuite on peut faire des mélanges et on peut faire plein de sous-niveaux ! Mais le plus importants à retenir c’est les formes de verbes; la forme neutre qui est le plus familière, la forme en masu; la forme courante et le keigo qui est la forme la plus polie. Et plus la phrase est longue plus c’est poli. Il y a aussi souvent des mots qui désignent la même chose mais d’une façon plus ou moins polie.

Bon ça vous parait peut-être compliqué comme ça mais en fait en français, on a pratiquement la même chose, on a le langage familier, courant et soutenu. En japonais c’est un peu plus poussé mais si ça vous rassure les japonais galèrent aussi avec ça.

Les compteurs: des mots spécifiques pour compter chaque type de chose

Ça, c’est un des points les plus difficiles. En japonais quand on compte quelque chose, on ne peut pas juste utiliser les chiffres tous seuls. Il y a une façon spécifique de compter pour chaque catégorie d’objet. Par exemple, il y a un compteur pour compter les gens, pour compter les machines et les véhicules, pour compter des choses plates,… C’est comme en français quand on dit une paire de chaussure, on ne dit pas une chaussure, ou quand on dit un verre d’eau, on ne peut pas dire je bois une eau. Ce qui est différent en japonais c’est que c’est qu’on fait ça à chaque fois qu’on compte quelque chose.

Exemple 2

Image avec un exemple de la différence du japonais dans une phrase à la forme neutre et avec un compteur

Là c’est un exemple de phrase au familier. Il n’y a que deux particules. La particule に qui indique le lieu et la particule よ qui indique une nouvelle information. Il manque la particule を qui indique le COD, c’est courant de ne pas dire certaines particules au familier.

On voir le compteur 台(だい) qui sert à compter les machines et les véhicules. Il est avant le verbe. Le verbe dans cette phrase est à la forme neutre, c’est cette forme qu’on utilise dans les phrases au familier.

Il n’y a toujours pas de sujet, il faut le deviner avec le contexte. C’est vraiment courant de ne pas mettre de sujet en japonais. On aurait même pu enlever パソコン(ordinateur) si on savait déjà de quoi on parlait avec les phrases d’avant.

Traduction de la phrase: Chez moi, j’ai 3 ordinateurs.

Les différences dans l’utilisation des adjectifs en japonais

Les adjectifs ne s’accordent pas, avec rien du tout. Et au contraire du français, on le met derrière le nom

Mais ce n’est pas la seule différence.

Il y a deux sortes d’adjectifs en japonais. Ceux qui se comportent comme des noms, on les appelle les adjectifs en na. Pour ceux là c’est assez facile, quand ils sont derrière un nom, on met na entre les deux sinon on met le verbe être derrière et on le conjugue normalement.

Et il y a une sorte d’adjectif, qu’on appelle adjectifs en i. Ce sont les adjectifs qui se finissent avec une voyelle et le caractère i. Sauf les adjectifs qui se finissent en ei, eux ce sont des adjectifs en na. Les adjectifs en i se comportent comme des verbes. Donc ils se conjuguent et changent de forme de la même façon qu’un verbe. On peut même les utiliser sans verbe dans le langage familier.

Exemple 3

Image avec un exemple de phrase sur la différence en japonais de l'utilisation des adjectifs

Cette phrase est aussi une phrase au familier. le premier adjectif est une adjectif en na, il y a un na derrière, juste avant le nom. Le dernier adjectif est un adjectif en i, il est conjugué au passé et comme c’est une phrase au familier il n’y a pas besoin de verbe.

Il y a deux particules, la particule で qui indique l’endroit où on fait quelque chose et toujours la particule よ. Il y a d’autres particule de fin, j’ai peut-être un peut abusé de la particule よ mais c’est des phrases d’exemple, sans contexte on fait un peu ce qu’on veut.

Le seul verbe de cette phrase, au milieu est à la forme en te qui permet de relier les deux phrases.

Traduction de la phrase: On a mangé dans un restaurant chic et c’était sympa.

Les différences dans la ponctuation en japonais

Je vous l’ai dit tout à l’heure, en japonais il n’y a pas d’espace. C’est un peu difficile pour les débutants mais au moins quand vous écrivez il n’y a pas besoin de réfléchir où s’arrête le mot.

Dans le langage familier, on utilise le point d’interrogation normalement. Mais il existe une particule qui indique que la phrase est une question. Dans ce cas il n’y a pas besoin de point d’interrogation. Ne vous étonnez donc pas de voir des questions sans point d’interrogations.

Vous avez dû voir que la ponctuation était différente dans les phrases d’exemple. Le point est comme ça 。la virgule 、les guillemets 「 」et ça ・ c’est un point qui sert à séparer les mots étrangers .Si par exemple il y a un nom de quelque chose ou quelqu’un qui est fait de plusieurs mots, chez nous on mettrait un espace mais puisqu’en japonais il n’y a pas d’espace, ils mettent ce point.

En résumé

Le japonais est une langue très différente du français et c’est pour ça que beaucoup de gens n’osent pas se lancer. C’est vrai qu’il y a des choses sur lesquels il faut pas mal étudier au début et ça prend un peu de temps pour s’y habituer comme

  • la conjugaison des adjectifs
  • les compteurs mais si on en connaît quelques uns ça suffit
  • on parle comme Yoda, ça met un peu la tête à l’envers au début
  • le concept de particule et apprendre à les utiliser
  • pas d’espace entre les mots
  • il y a des choses qu’il faut deviner parce que les japonais ne le disent pas

Mais moi je pense que c’est plus facile que le français

  • il y a très peu d’irrégularités,
  • il y a beaucoup moins de conjugaisons,
  • pas d’accord en genre ni en nombre.

En gros, ils ont enlevé tout ce qui était difficile dans le français! Imaginez les pauvres japonais qui doivent apprendre notre langue.

Voilà je pense avoir parlé de tout. Dites-moi si vous pensez à d’autres choses. Je vais faire des articles sur les choses les plus compliquées.

elementum dapibus neque. leo. id et, in nec